Retrobillet 3: retard comblé, back home for good

Journée de base dans un monde de base. boulot, fausses réunions perte de temps, bières et surtout shopping!!!

revenu ce midi avec un parapluie jaune fluo-que-ca-fait-mal-aux-yeux, une ceinture saumon fluo (qu’est ce que je peux me foutre sur le cul avec ca?), un superbe T Shirt rouge (Rescue Instructions A: Pour me a last drink / B: Light me a cigarette / C: Call me a cab / D: Send me back home) j’adore … avec du vernis et du gloss parce qu’il faut savoir être belle de temps en temps…

allez.. trop de fatigue et pas assez de psychoses today… bonne nuit…

en passant toujours pas de nouvelle d’Ilhan, c’est triste, j’l’aime bien ce p’tit gars…

Retrobillet 2: Homosexualité et autres complications…

retour sur Mercredi :

Arrivée tôt au boulot puisque pas chez moi donc pas trop de sommeil… discussion très intéressante sur ma sexualité. J’ai eu droit à  la phrase qui tue, attention asseyez vous. Interlocuteurs: H (homme) F (femme) M (moi)

H: Pourquoi t’essayes pas avec une fille?

M: Pourquoi t’essayes pas avec moi avant?

H: ben je peux pas c’est pas possible.

M: tu viens de répondre à  ma question.

F: non mais t’inquiètes pas, c’est que t’as pas trouvé la bonne…

M (en s’étranglant): quoi?

F: quand tu trouveras la bonne, tu changeras tu verras.

voilà  ça tue le chien non? bon… passons sur cette étrange verbiage…

T. le soir au téléphone parce qu’on devait mettre un truc au point (ce que je dois te dire de visu ma couille), debrief sur son ex hystérique, puis je lui dis que je vais me coucher, que je suis mort, il me demande si je veux venir chez lui.. j’accepte, je vais quand même pas refuser une soirée agréable… venu me chercher en voiture. re discussion, re manger et re dodo (et pour les mauvaises langues, pas de coucherie, pour qui vous me prenez)

Retrobillet 1: la page est tournée, commencons un nouveau chapitre

Voilà , je suis donc allé voir T. mardi soir.

Soirée d’explications, d’échanges de point de vue. N’en est ressorti que du bon puisque nous n’avons pas l’habitude de nous énerver et que la violence nous agace.. et embrayage sur nos vies respectives et nos aspirations contradictoires… j’ai compris pourquoi je l’appréciai outre ses idées saugrenues, il est d’une honnêteté à  se pendre. Jamais un mensonge, ça en est tellement rare que c’est beau.x

Nous sommes donc amis de nouveau après ma fausse période de boudage.

Bu beaucoup de vin, couché un peu saoul quand même… donc dormi là  bas parce qu’alcool et trop tard pour repartir (2h et des brouettes de discussions ça aide pas à  choper un métro)

m’enfin… Carpe Diem toujours… Profitons de la vie au jour le jour c’est le principal…

Finalement c’est peut être ça ma version du bonheur?