Lost in translation

perdu entre deux eaux
envie de J+2, de vacances, de loin, de Lost, de beaucoup et de trois fois rien.
envie de pluie, de marronniers en fleurs, de nuit, de moiteur, de crépuscule sur le sable.
envie de rester chez moi, en boule dans mon lit, de sortir découvrir la vie et la ville
un peu perdu, un peu au bout du roulot, beaucoup fatigué
rien de grave en somme, juste besoin d’un peu de poussière d’étoiles…

September’s gift?

très peu dormi depuis longtemps…
l’angoisse de Septembre qui commence à  sonner son glas à  mon oreille…
trainaillant dans un coin de mon petit cerveau, j’avais oublié que ce mois est toujours précurseur de changements imprévus ou inconsciemment voulus dans ma vie. Le passé ne sera pas ressassé ici, seul compte le présent et Septembre.
Si tout se passe bien, je dois innonder ce blog d’ici les jours à  venir. Tic Tac Tic Tac bercé par la B.O de Romeo+Juliet (mais pas tout parce qu’il y a des chansons moisies quand même), nouvelle lubie du week-end.
Anyway, on écrit pas sur le futur quand on ne s’appelle que Kwaite…

Grand activité journalière: sauvons ce qui est sauvable dans ma chambre. La commission Hygiène et Sécurité a voté à  l’unanimité le lancement de la deuxième étape sur trois du rangement. Si je veux me remettre à  bosser, je dois avoir un environnement un peu moins insalubre, beaucoup d’histoires à  écrire, continuer ou finaliser avant que mes idées s’envolent et donc quelques cadeaux en perspectives (le gros morceau sera pour toi ma Couille)

Quelques résolutions aussi sorties de mon insomnie de cette nuit mais cela viendra en son temps..

Reste l’espoir que Septembre ne soit pas aussi dégueu que le beaujolais nouveau mais aussi ennivrant qu’un baiser sous la pluie?

Note de plus tard: en fin de compte, suis revenu à  Gainsbourg parce que Romeo et Machine, je sais pas encore ce qui m’a pris… y devait y avoir un truc dans la Kro du Tango c’est pas possible, faudra que je me méfie, dorénavant.

Kinder Pingui

Je suis malade, je suis surgelé, j’ai des bouffées de chaleur comme une ménopausée, j’ai une tenaille qui me serre le crâne.
Rentré à  16 du taf, couché à  17, relevé pour un peu de millenium (non un devoir mais un plaisir 😉
Dormir encore

Je hais les microbes…

Faire valoir ce que de droit

It's a little bit funny this feeling inside I'm not one of those who can easily hide I don't have much money but boy if I did I'd buy a big house where we both could live If I was a sculptor, but then again, no Or a man who makes potions in a travelling show I know it's not much but it's the best I can do My gift is my song and this one's for you And you can tell everybody this is your song It may be quite simple but now that it's done I hope you don't mind I hope you don't mind that I put down in words How wonderful life is while you're in the world I sat on the roof and kicked off the moss Well a few of the verses well they've got me quite cross But the sun's been quite kind while I wrote this song It's for people like you that keep it turned on So excuse me forgetting but these things I do You see I've forgotten if they're green or they're blue Anyway the thing is what I really mean Yours are the sweetest eyes I've ever seen

Parce je sais qu’un jour, je serai capable d’écrire quelque chose d’aussi beau. Cette chanson ne sera qu’un remerciement temporaire en attendant que le coeur puisse à  nouveau parler

Il fut un temps où j’eu envie d’un billet dépressif
Il est un temps où j’ai envie de remercier les gens qui sont toujours là  tapis dans mon ombre prêt à  m’épauler quand je peux en avoir besoin
Il sera un temps où je retrouverai le courage d’épauler ceux qui l’ont fait pour moi et que je reprendrai ma vie à  bras le corps, l’espoir d’une vie meilleure

Insipide?

Je viens de relire quelques billets de ce blog et je m’autodésole. Comment je peux être insipide à  ce point? Alors que tout bouillone toujours autant en moi?

Me voici donc devant ma future semaine à  une heure où je vais aller dormir parce que les autres gens le font aussi. Pas grand chose de très faramineux ces dimanche et lundi… Ménage, musique, Nancy, JM et téléphone, avec une petite baisse de moral en prime. Rien d’extraordinaire en soi. Un contre-coup comme dirait Nancy, sûrement… dû au stress de la semaine passée, des angoisses accumulées que j’exorciserai quand je prendrai le temps d’écrire un peu (j’ai une foule d’idées mais pour changer, je ne me donne pas les moyens de les accomplir). Bref, week end en grisaille comme le temps avec un peu de soleil du fait du retour de M. Encore maigri alors que j’ai mangé et bu comme une truie (nous atteignions les 71.7 kg, limite, je vais me faire béatifier parce que là  ça tient du miracle)

Allez y’a pas de raison, une bonne nuit, une semaine de travail et vendredi comme on le dit si bien: tout est permis puisque j’ai au moins eu le courage cette semaine de prendre le taureau par les cornes et de voir ma banquière (comprenne qui pourra)

Promis, je vais essayer de redevenir un peu plus noir et de me trouver des raisons pour ce que de droit!!!!!