Rien vu venir…Ou comment je suis devenu une mémère sans m’en rendre compte

Je me souviens qu’au début de l’année, mon chef adoré m’assénait en fin d’entretien annuel « Vous pensez que vous êtes adulte? »
Réponse ‘Non, on verra bien un jour’

Et là , j’ai carrément sauté une tranche d’âge… Une mega sortie-cuite tous les deux mois (et encore), j’écoute presque plus de Lorie, totalement impossible de rester éveillé pendant mes jeudis de l’angoisse où je suis sensé me prendre une taule pour exorciser les démons du mal (des Freaky Thursday). Argh! Je suis une vieille acariâtre. Même pas je me dis qu’il est deux heures du mat’ et que je serai mieux en train de gigoter mon petit cul sur un dancefloor une clope à  la main et une vodka à  l’autre… Je me mets même à  éventuellement penser sur un malentendu à  bosser un peu le soir ou le week end. Une libido revendue aux puces et une envie de me trouver un mec aussi grande que l’envie de faire du shopping un samedi après midi veille de Noel (d’un autre côté j’aurais pu seulement dire faire du shopping ça m’aurait mieux allé). Et tout cela ne me rend même pas dépressif.

C’est grave docteur?
Non tout n’est pas perdu… je laisse passer l’hiver, sa saleté de froid (le froid c’est moche et ça sert à  rien), les concours. Et je retrouverai ma vie de dépravé quoiqu’il puisse m’en couter. En tout cas, si j’y arrive pas, je sens bien que dans quelques mois, je vais annoncer mon mariage avec Gisèle et que je pars m’installer dans la Creuse définitivement.

Une réflexion au sujet de « Rien vu venir…Ou comment je suis devenu une mémère sans m’en rendre compte »

Les commentaires sont fermés.