Une flutasse siouplé –> retour vers le passé

Samedi 27/01: jour de gloire puisque jour de paie et de prime de rendement ( l’équivalent grosso merdo d’un demi treizième mois). Le mois de Février et la nouvelle vie qui va avec devait commencer ce jour.

Quelques heures dans la salle de bain afin de ne pas trop ressembler à  un troll des bois puis départ avec N&N’s au resto avec juste le quart d’heure règlementaire de retard.

Japoniaisiries à  manger, puis Pub pour cocktails et commencer la soirée Sue Ellen. Et là , voilà  quoi? tout le monde était mort fatigué. Qu’à  cela ne tienne je suis quand même sorti, seul (comme souvent d’ailleurs)

Arrivée à  l’Inso, vodka-pomme, whisky-coca, clopes, clopes, clopes, très peu de pelles ( limitées strictement à  une personne, les autres ne m’inspirant pas ce soir). Fini au Champagne parce que les bulles ça passe même quand t’as plus soif ou de place pour mettre de l’alcool dans ton gosier. Musique basique, efficace pour se trémousser. Rien de bien intéressant à  part un ‘Toulouse on t’encule’ lancé tout de go à  un groupe de toulousains en pleine réunion tupperware(c) dans les chiottes.

After chez Carmen (le lieu commun post-Inso pour moi). Trop d’hétéros, pas trop bu (cf. mes tickets de CB qui ont une meilleure mémoire que moi 😉 reparti à  la maison avec la honte puisq’un pignouf écervelé a eu la merveilleuse idée de renverser son verre vers mon entre-jambes. Shame totale, il a fallu fuir pour éviter la honte nationale.

Février est donc le début d’une vie nouvelle puisque je n’ai pas couché chez l’autochtone et suis rentré seul…

Euh, j’peux revenir à  ma vie de merde d’avant?

Une réflexion au sujet de « Une flutasse siouplé –> retour vers le passé »

  1. Les jeunes c’est plus ce que c’était hier… Tout se perd mon brave monsieur…

    On est à  l’âge o๠tout le monde est au foyer voyons:

Les commentaires sont fermés.