Encore au Trucmuche?

La soirée prévue a été définitivement à  marquer dans les annales…

Début à  18h30 pour les soiffards sortant du bureau (dont moi). Premiers morts à  21h, deuxième salve à  22h et avant dernière à  23h30… Quand je dis que l’alcool est un fléau !

La soirée a commencé par une confrontation des VP et des Gouv.fr (merci Caro), chacun faisant sa soupe dans son coin et oi papillonnant tant que possible entre ceux deux troupeaux. Les cadeaux sont arrivés ( on a l’air malin de s’offrir réciproquement le même cadeau, soit une DS , les perruques ont été enfilées. Tout part à  ce moment là  en n’importe quoi.
perruques.jpg

Bref, le patron nous fait boire de la Chartreuse qu’il prend plaisir à  enflammer directement dans notre bouche. Heureusement, les lunettes de soleil ont permis de cacher la petite larme de douleur quand j’ai avalé le machin cul-sec. J’enchaine par des shooters avec un inconnu ( son cadeau d’anniversaire, il voulait pas me rouler une pelle alors il a choisi d’offrir de l’alcool ) puis avec Thom et LN.

Tout le monde mort et au lit, je file à  l’Insolite. Humeur maussade d’un coup, je sors de l’extraordinaire pour rentrer dans une boite vide avec de la musique tout aussi vide. Quelques vodka plus tard, direction le Dépôt (à  quand la carte d’abonnement?), je veux danser mais je trouve pas la piste de danse (putain de travaux). Dans un moment de grâce, je trouve le bar (me semble que c’est à  côté de la piste, ce qui veut dire que je suis toujours blonde puisque je n’ai pas réagi). Trouvé un autochtone après des heures de marches…

Nous rentrerons ensemble à  Goncourt (le métro, pas la ville natale de ma couille) pour finir la nuit dans ses bras.  Les autochtones gentils existent encore; en revanche, ceux qui prennent ton numéro et qui ne s’en servent pas n’existent que trop… ! Comment ça un peu désabusé? Mais c’est le jeu ma pov’ Thérèse…

Et bien, moi je n’ai qu’une hâte c’est qu’on recommence ça très vite les ami(e)s !

Otaf

Petit collègue venant m’agresser ( d’accord me poser une question à  11h30 du matin )
_ S’lut, dis moi, j’ai une question

Moi même (limite hystérique)
_ C’est pas parce que je me suis tapé des milliers de mecs qu’il faut me prendre pour une trainée… ( calmé ) Sinon t’as une question ?

Pôvre bonhomme désemparé
_ [… grand moment de silence…] Euh oui…

Comment ça y’a des jours où je suis pas facile?

Fin de semaine chargé

Soirée Hansel & Gretel demain soir

Soirée au Trucmuche (si le patron veut encore de nous) vendredi soir

plantrucmuche.gif

Essayer de retrouver un troupeau de Haut Marnais perdus aux alentours du Stade de France ( pas gagné )

C’est pas encore cette semaine que je vais dormir, ni que je vais beaucoup poster…

La parade

Laissant la fuck attitude à  Nancy, j’a trouvé cette semaine une petite phrase merveilleuse qui me permet d’avoir la paix quand on me cherche des poux… ou simplement quand on m’adresse la parole et que je suis de mauvaise humeur.

‘ Tu me touches, je t’encule’

Cette phrase déclinable à  souhait vous permettra à  tou(te)s de faire fuir l’ennemi. Bien sûr si vous êtes une fille, pensez à  l’accessoire indispensable, sortez votre gode de votre sac et brandissez le sous le nez de l’agresseur en hurlant hystériquement cette phrase.