Catégories
Ma vie, la vraie

Un dimanche comme les autres

Après mon réveil fastidieux, la douche avec les L5 en fond pour ne pas avoir à  mettre les neurones en action (faites place à  PJ Harvey, mon nouveau coup de coeur du we, comme quoi, je suis capable d’écouter de la vraie musique de temps en temps). Je rappelle que j’ai toujours mal au crane grâce à  cette superbe encadrure de porte métallique qui a cru bon vouloir attenter à  ma vie et une superbe balafre au front moche comme tout. Au moins comme ça j’a iune tête qqui fait peur.

Arrivée de Mél, K-ro, bronzette sur le balcon, bières pour que mon foie se remette en branle (pas de jeux de mots douteux merci), tarte aux pommes de mel’ pour faire repartir l’estomac(un pur instant de bonheur), quelques clopes pour que mes poumons se rappellent à  quel point ça peut être bon d’être conscient de se détruire…

Petite angoisse pour demain, dernier jour de dépot des déclarations où je me suis proposé pour faire la réception des gens de 13h à  17h (j’explose les plages horaires définies mais je suis imbattable dans la gestion des flux et l’anihilation des couineurs). Pour se remonter le moral, on a regardé pour la 54e fois ‘Priscilla folle du désert’, comme je ferai demain avec la ‘cité de la peur’.

Soirée rien pour finir, quelques cafés pour passer une bonne nuit, un bon dodo réparateur des effets néfastes que j’ai fait supporter à  mon corps vendredi soir et samedi (du grand Kwaite y’a pas à  dire… mais il me manque encore des morceaux alors le debrief pas pour tout de suite les canards). Avant de dormir, écoute du nouvel album de Mélanie C, pour voir, pour écouter si cela vaut le coup.

Voilà  pour un dimanche comme je les aime, comme j’aimerai que ma vie soit en 2005: pas de complications, la vie qui s’écoule douce sans amertume et sans prise de bec imbécile. Et une dernière pensée émue pour Jean-Paul qui nous a quitté (on a allumé une bougie par solidarité et j’au versé une larme, apparemment, mon côté catho n’est pas encore mort malgré tous mes efforts). Jean-Paul, où que tu sois, sois heureux…