Catégories
Ma vie, la vraie

17

Il est 17 heures à  Paris, nous sommes en automne mais il neige déjà . Le fin manteau blanc n’arrivera qu’à  grand peine à  recouvrir les toits de la capitale. Et moi… et bien je suis encore dans mon lit. Et pour une fois, je ne dors pas (pour les mauvaises langues, je me suis levé à  11h).

Je suis dans mon lit, dans le noir, le cerveau dans le vide, ou à  tourner en rond. A savoir pourquoi ci, pourquoi ca? Pourquoi j’ai toujours autant d’espoir qu’une Charlotte York alors que je devrais être aussi cynique qu’une Carrie Bradshow. Qu’est ce que j’aimerai bien faire en 2006? Est ce que je serai aussi bien que je peux le penser lorsque la grande fusion au boulot aura eu lieu?

Somme tout ce qui est pratique, c’est que là , je me pose des questions mais je n’y répond pas. Un peu comme si je m’amusais à  déposer des mines partout dans un champ avant de le traverser façon colin-maillard dans l’autre sens… J’suis toujours aussi taré…
Et tout ca parce que je voulais faire le bilan de l’année passée – que je ne ferai pas ici soit dit en passant –

Je crois que je suis pas bien doué pour la réflexion, ni pour l’action d’ailleurs…

Je vais aller noyer mes questions dans des chocapops, des tartines de confiture et des gateaux devant ‘sous le soleil’

Cédric, doutes passagers du week-end