Florilège

Cette grande question existentielle m’interpelle depuis le début de cette semaine qui, je peux maintenant l’affirmer, est une semaine de merde.

On commence par le lundi… Une amie a eu un concours et accède donc au grade supérieur. Qu’est ce qu’elle trouve à  me dire? Allez, pas de suspense pour cette phrase culte. ‘Toi aussi tu l’auras le concours, t’inquiètes, tu mérites amplement plus que moi ». Il semblerait que le peuple autour de moi ait vaguement oublié que si je n’ai pas ce putain de concours, c’est peut être parce que je n’ai pas envie de le réussir? Et que le fait d’aller systématiquement aux épreuves me permet d’appréhender le truc et par conséquent de ne pas faire dans mon froc quand je devrais y passer pour de vrai…

Mardi: on enchaine sur un décès… je ne m’éterniserai pas dessus.

Mercredi: caca au boulot, beurk. Que des daubes. Ca c’est déjà  mieux somme toute.

Jeudi (so today: déjeuner avec une vieille amie (il a quand même fallu que j’en arrive aux insultes pour qu’elle daigne m’offrir un peu de son temps…): conclusion: il parait que quand j’aurai trouvé le bon (sic), je me calmerai puisqu’un soir de cuite je lui avait fait la confidence que malgré mes airs de vieilles pétasses, je rêvais de m’amouracher d’un homme et de (re)devenir un homme fréquentable socialement… On remet donc les pendules à  l’heure De un, ça fait longtemps que j’ai cramé ce rêve. De deux, si je bois à  outrance, que je clope comme un pompier cancéreux (oui elle a aussi arrêté de fumer et de boire, c’est beau l’amour) et que je dandine mon cul sur les dancefloor parisiens, c’est un minimum parce que je l’ai choisi et que ceci n’est pas subi. De trois, les hommes d’un soir, c’est quand même plus pratique et ça engendre beaucoup moins de complications pour l’existence, je suis assez grand pour foutre le bordel dans ma vie tout seul… C’est triste, elle a pas voulu comprendre mon point de vue, en tant que tête de mule (c’est génétique je peux rien y faire), je ne comprendrai donc pas pourquoi je m’évertuerai à  comprendre pourquoi du jour au lendemain elle a renoncé à  tout ce qui semblait lui faire plaisir…

Certes, j’aime bien tomber dans des lieux communs mais j’espère que si je commence à  donner des leçons de vie aux gens, leçons calquées sur ma vie et non sur la leur, il m’enverront chier comme j’ai pu le faire avec tout le monde cette semaine.

Allez le vie est belle quand même… Demain j’vois mes poteaux pour une soirée Wii-Bulles !!!


Et un clip du jour !

L’invitation

Poissons:
Coeur: un amour déçu? Oubliez tout, une autre belle histoire s’offrira à  vous
Réussite: vous devez vous imposer, des résultats dépasseront vos espérances
Forme: Hydratez-vous
                                                                    Source ‘Le Parisien du 13/03/2007 par Caroline Alexandre

C’est donc de mon devoir de suivre cette consigne de Caroline Alexandre…
Que puis-je faire pour remédier à  cette situation astrale catastrophique?
S’hydrater… Boire… Bière !
Amour déçu…. Nouvelle chasse… Before/Teuf/After… Bar !
Réussite… choisir un endroit qui mêle à  mes yeux la chasse et la bière et l’imposer à  mes amis…

Eurêka ! Le Quetzal ! Lieu hautement méritant pour avoir vu passer un grand nombre d’alcooliques plus ou moins lourds sans devenir obligatoirement désagréable avec eux… qui a en plus le mérite de fermer à  une heure où essayer de lire sa montre relève du défi et où l’happy hour ne finit jamais (sauf à  minuit mais on est déjà  trop cuits pour s’en rendre compte)
Alors le Quetzal pour les non-initiés est un bar à  tapas tapettes où les autres farfelus sont les bienvenus, même ceux à  la sexualité déviante (les patapettes).

Cette soirée sera sous le signe du glamour et de Patrick puisque nous serons en présence de Galoche Girl, la vraie, l’unique pour un show VIP. Vous aurez aussi le droit d’accrocher un trèfle à  votre boutonnière afin que nous ayons tous un signe de reconnaissance (et puis c’est pas tous les jours fête nationale de l’Irlande). Si vous ne trouvez pas de trèfle, un géranium de l’Hôtel de Ville fera l’affaire…

Les festivités débuteront aux alentours de 20h30 samedi 17 Mars 2007 (plus tôt pour ceux qui veulent, plus tard pour ceux qui veulent aussi). Le RDV est fixé pour moi dans le bar afin d’éviter les inutiles et interminables attentes du métro et comme cela, les personnes très à  la bourre n’auront comme sanction que le fait d’avoir bu moins de bière que nous. Inutile de vous rappeler que le thème de cette soirée est -et restera- ‘Galoche Girl & the Kwaite’s – back to Ireland Tour’

Il est par ailleurs précisé que ce bar sert autre chose que de la bière. Vous pourrez commander auprès de nos hôtesses d’accueil de charmants cocktails ou des ‘arômes’. La climatisation étant en panne, pensez à  apporter un string de rechange puisque l’ancien puera bien évidemment la clope et qu’arracher avec les dents un string-cendrier, c’est moche.. Pour les personnes n’aimant pas le contact humain, des flippers seront à  votre disposition en fond du bar juste à  côté des toilettes – toilettes dont la principale fonction est de faire ses besoins (caca/pipi), la bordure des toilettes ne devant pas servir à  autre chose que de poser vos adorables fesses (et non à  du travail manuel), nos hôtes étant très vigilants sur ces consignes…

Je vous laisse confirmer ou non votre venue. De toute façon plus on est de morues, plus on se fend la gueule…

Road Movie plein écran

Ayé, j’a réussi à  faire regarder ‘CrossRoad’ avec plein du Britney dedans à  ma Couille. La bande annonce est jointe pour comprendre le merveilleux film qu’elle a regardé 😉

Pitch:
Autrefois, à  la maternelle, Lucy, Kit et Mimi étaient les meilleures amies du monde. Aujourd’hui, chacune à  pris un chemin différent dans la vie.
Lucy, l’élève modèle, se demande pourquoi sa mère n’a jamais essayée de la contacter et aimerait vraiment la revoir. Naturellement, son père n’est pas d’accord avec l’idée que sa petite fille quitte la Georgie pour se rendre à  Los Angeles. Kit, travaille dans un magasin et s’ennuie de ses amies. Quant à  Mimi, elle est en dépression et a besoin de changer d’air. Elle a décidé de se rendre en Californie avec un gars qu’elle a rencontré, Ben. à‰videmment, Kit et Mimi sont tout à  fait contre cette idée de traverser l’Amérique seule avec un étranger!
Elles partiront donc entre elles, sans rien planifier. Une aventure sur la route, à  trois, pour se retrouver et se découvrir par la même occasion. C’est une idée folle, mais combien excitante! Lucy peut ainsi espérer rencontrer sa mère et peut-être même voir son rêve se concrétiser : celui de chanter en participant à  un grand concours à  Los Angeles.

Sinon elle a très bien résumé le week-end à  un détail, moi je ne suis pas sorti du tout… Arf, c’était pas mal !

Conciliabule

Quelle crotte… Je dois me dédoubler…

Comme raconté dans le billet ‘Back/ Le retour’, y’avait une couille dans le potage pour le concert de Zazie.. Là , c’est carrément le pénis dans le champ de betteraves…

Soirée très drôle en compagnie de mes amis. Le but étant de fêter le retour d’Arno tout en offrant le vrai cadal d’anniv’ à  Nico.  Et là  que découvre-je sur le coin de la table? Un cadal pour moi aussi… Un billet pour le concert de Zazie, remember le concert dont je me chiais presque dessus de joie à  l’idée d’y aller et où la raison familiale m’y avait fait renoncer…

A moins d’avoir le don d’ubiquité, va falloir gérer dur étant donné que le repas se fait le samedi midi – lendemain du concert-  et que c’est moi qui suit sensé donner le change en promenant mes grands parents en voiture pour les amener au lieu fatidique de leur anniversaire surprise… Such a shame… What que je vais bien pouvoir faire? J’en sais rien… So je vais partir de l’adage ‘La nuit porte conseil’ et me coucher…

Euromyopie 2007

Une fois isn’t coutume, la collocation amoindrie jeta un vague oeil hagard sur les sélections du groupe français pour l’Eurovision 2007. Je vous épargnerai par décence les jeux de mots douteux de Tex (‘on va écouter du Rail et Fines Herbes’).

Nous avions un penchant pour les Wampas, chanson claire, texte sans fioritures (‘faut voter pour nous’), des clins d’oeil ironiques (‘il faut venger 30 années, la France ridiculisée’). Ca nous a vraiment plu. Sauf que ce sont les planchettes flamandes (on me souffle que ce serait les Fatal Picards) qui ont gagné. Ca fait rien je mettrai la chanson quand même…

Back / Le retour

Voilà  c’est fini… Encore un week-end familial (d’accord ça a duré cinq jours mais comme il y a un samedi-dimanche dedans, je compte cela comme un week-end) qui finit bien…

En vrac: babysitting de neveu et ce même à  7h du matin ( l’incroyable peut toujours arriver mais je rassure mon lectorat, ceci n’arrive et n’arrivera que pour ce petit bout), repas en famille, parties de belotes endiablées (crotte j’ai encore perdu) et shopping-folie avec Mam’. Raââââ.

Par contre, mes grand-parents fêtant leur anniversaire de mariage mi-juin (je crois que c’est le millier d’années ensemble ou un truc dans le genre), pas de concert de Zazie puisqu’il est hors de question que je ne descende là  bas que 24h. J’avais déjà  loupé l’anniversaire de ma mère pour le Rodéo Tour, le Totem-je-sais-pas-koa-Tour se fera sans moi…

Pour le retour à  la dure réalité de ma vie de parisien, ça fera l’objet de morceaux de billets futurs, morceaux toujours dilués dans des propos qui n’ont rien à  voir histoire de noyer le poisson…

Allez demain, je reprend l’école. Me demande bien ce que je vais trouver de moche sur mon bureau… parce que bon, c’est bien beau de faire le fanfaron et de crier sur tous les toits que ces week end en famille sont merveilleux, j’aime encore bien mes retours au taf’…