Catégories
Ma vie, la vraie

Quelle journée !

Cette journée avait pourtant merveilleusement bien commencé…  Je venais d’ écouter les Concerto Brandebourgeois et à mon arrivée, Satanas avait un petit pull qui lui faisait des seins à ravir.

A peine le premier café et la première clope finis que les ennuis commencèrent. C’ était aujourd’hui que nos amis de la Direction avaient décidé de nous installer des stores. Oui des stores, cela peut paraître incongru comme ça en plein mois d’ Avril mais quand le soleil nous honore de sa présence, c’ est l’ aveuglement total vu que nous travaillons derrière des énormes baies vitrées (non protégées bien sûr). Évidemment, les papiers scotchés sur les baies par mes soins ont eu raison de cet oubli (ça fait un peu bidonville avec ça). Maintenant, l’ angoissante question: comment on installe ça et surtout pourquoi 2 stores uniquement alors qu’ on en a besoin de 4?

Désolé, pas de réponse à la deuxième question, mais la première (réponse) est somptueuse. Et bien, les ouvriers ouvrent les portes pour poser les stores, font des trous dans les murs avec leur perceuse et laissent les portes ouvertes pour bien travailler. C’ est donc dans le froid que nous avons commencé à travailler, dans ce magnifique nouvel immeuble qui a à peine un an… Et nous avons répondu au téléphone tant bien que mal avec la perceuse en bruit de fond, classe non? Une journée qui commence comme ça, comment voulez-vous qu’on y survive…?

Pour les revêches pensant que je me plains souvent, essayez le bureau à 10° (notez d’ailleurs que la porte est pile poil dans le dos de Satanas mais comme c’est une femme du monde, même pas elle s’est plainte)

Pour finir, une jolie brochure en pdf de nos services sociaux mise en ligne: comment gérer son budget. Sommes-nous devenus tellement indigents au fil de années qu’il leur a cru bon d’y inclure comment faire un bon prêt, comment faire ses comptes ( attention! il est très important de suivre ses comptes chaque jour ), une liste des commissions de surendettement ainsi que comment les contacter et en dernière page, un joli tableau à imprimer pour pouvoir faire soi-même ses comptes. J’ai peur que ce ne soit pas si anodin que ça… mais j’espère que ceci n’est qu’un soubresaut de conscience professionnelle quelque part dans nos hautes sphères?

Pouah ! je suis bien content de partir dans ma Haute Marne natale pendant une semaine. Les espaces verts, même si il y fait froid, m’ aideront peut être à être moins aigri ?