δί-λημμα

Aujourd’hui, j’ai été confronté à un grave dilemme (qui n’a d’ailleurs pas encore trouvé de solution).

Un de nos utilisateurs nous a donné son ordinateur portable parce qu’il refusait de démarrer. Après diagnostic, le disque dur est en train de rendre l’âme… Jusque là, rien d’anormal.

On passe pas mal de temps pour récupérer ses données (enfin, ce qui peut être récupérable) et je passe un bout de mon après midi à récupérer les dernières merdouilles (le bureau, les favoris). Je lance la copie sur ma clé usb et mon utilitaire pour cela étant assez rudimentaire, je ne vois pas (et d’ailleurs, je m’en fiche royalement) les données que je suis en train de sauver…

Je passe ensuite à la copie de ces fichiers sur notre serveur de sauvegarde qui nous permettra de réintégrer les données dudit utilisateur quand nous lui rendrons un portable flambant neuf. Et c’est là que ça tique: la copie prend des plombes et robocopy me balance un liste longue comme un jour sans pain dans ses log.

Je jette un coup d’oeil aux fichiers qui sont copiés et je découvre avec stupeur que je suis en train de remonter des dizaines de fichiers .torrent et pas de torrent de distributions linux, non, non, non (comme chanterait Camélia Jordana), non, non, non, (écouter Barbara). Ce sont des torrents pour des albums de musique qui défilent devant mes yeux ahuris.

Alors, je fais quoi moi maintenant?

a) Je réintègre les fichiers et je fais comme si j’avais rien vu  (rappel, ce portable est à vocation professionnelle et ne devrait pas être connecté sur un autre réseau que chez nous où les torrents sont, pour ceux qui tenteraient le coup, surveillés par Sauron les mecs du réseau).

b) Je réintègre les fichiers et je m’amuse avec les GPO, genre un truc qui nous enverra un mail chaque fois qu’un utilisateur essayera d’enregistrer un type de fichier qui n’a manifestement rien à voir avec son domaine pro. Dans notre cas présent, je devrais être noyé sous les mails à sa première connection.

c) Je balance tout à mes supérieurs pour qu’il soit lapidé en place publique ?

Ni a, ni b, ni c et donc d

Vous avez 4 jours, le temps que je revienne de Haute Marne pour me donner vos copies 😉 Moi, en tout cas, j’ai déjà ma petite idée sur ce que je vais faire.

3 réflexions au sujet de « δί-λημμα »

Les commentaires sont fermés.