Le Problème à trois corps (trilogie) – Liu Cixin

Je viens de finir cette trilogie de SF et je l’ai dévorée.

Les livres se lisent vite et bien et pour une fois, ce n’est pas un truc d’américains sauveurs du monde: tout se passe quasiment au pays du soleil levant. Ça fait du bien de plonger dans cette culture, d’avoir des prénoms et noms moins conventionnels, j’ai trouvé cela vraiment rafraichissant.

Une vraie fin, un jeu avec les sciences, l’univers et les dimensions et une jolie leçon d’humilité face à l’arrogance dont peut être parfois dotée l’espèce humaine.

Le premier tome Le Problème à trois corps (300 pages) met en place l’intrigue de la trilogie: une scientifique parvient à envoyer un message à une civilisation extraterrestre – les Trisolariens parce que leur système possède trois soleils et d’où le roman tire son nom- et dévoile la position de la Terre en les invitant à venir nous dégommer (sympa!). Pour faire court et pas trop spoiler: évidemment qu’ils sont pas du tout sympa – sinon on appelle ça un roman à l’eau de rose – et, comme leur système solaire est chaotique au possible, ils décident de venir squatter chez nous; au moins ils sont polis en répondant à l’invitation. Certains humains seront pour, d’autres contre et l’histoire nous mènera tranquillement vers..

Le deuxième tome La Forêt sombre (720 pages) narre la suite. Que faire pour se préparer à cette invasion alors qu’ils sont bien plus avancés que nous scientifiquement et que nous n’avons que quelques siècles pour nous préparer ? D’autant que les Trisolariens trouvent le moyen de fausser toutes nos avancées scientifiques. Super ! La forêt sombre fait référence à un moyen de dissuasion, une épée de Damoclès de l’univers expliquée en ces termes: « Aucune civilisation ne doit annoncer sa présence au cosmos sous peine d'être détruite par une civilisation plus avancée aux aguets par prévention d'une compétition à l'expansion. ».

Le troisième tome La Mort immortelle (816 pages) nous raconte les suites de l’Ultime Bataille. Evidemment, on s’est pris une énorme branlée (sinon y’aurait pas de tome 3) mais comme l’humanité n’est pas née du dernier big bang, nous réussissions à trouver une ruse pour s’en sortir sans trop de bobo (pour le moment), quoique. Nous avons allumé un phare dans la forêt sombre, il va falloir maintenant trouver un moyen de s’en échapper.

C’est marrant parce que je n’ai pas eu la sensation de lire autant de pages, j’en découvre le nombre en écrivant ce billet; je trouve d’ailleurs que c’est une des magies du livre électronique: on sait à peut près où on en est mais il est tout aussi possible de décider de se laisser porter, ce que j’ai fait ici. Certes il y avait des passages un peu ronflants ou ennuyeux (Zola est toujours à la mode) mais je l’ai dévoré. Le soleil et les beaux jours reviennent, c’est l’occasion parfaite pour s’évader aux confins de l’univers !

Si vous n’êtes pas trop lecture, ces romans devraient être adaptés par Netflix mais le développement a l’air un peu chaotique pour le moment, on verra si ça aboutira (ou pas).

Les trois tomes peuvent être trouvés sur Place des Libraires (entre autres) et coutent, en version ePub, à peine 10€.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.