Britnews II

On attendait la performance de Britney sur son nouveau single aux Video Music Awards de MTV. L’hystérie battait son plein chez tous les fans qui ne l’avaient pas encore abandonnée (en gros Tristan et moi ). Et là , c’est une pure vision d’horreur qui débarque sur nos écrans. Une Brit’ même pas sex’ (réveille toi, ce n’est pas parce que tu es à  moitié dénudée que tu es sexuelle), qui chante en playback (les plus malins diront ‘encore?’) et qui nous fait des pas de danse que même un nouveau de la StarAc pourrait faire (ou moi même d’ailleurs). Ben j’aimais bien le single, la performance est moisie, j’ai moins hâte de découvrir le clip… Serait peut être temps de te réveiller Brit’ non?

La vidéo désastreuse:

Ce qu’elle a fait un peu avant…

Publié le
Catégorisé comme On Air

BritNews I

Devinez ce qui passe en boucle sur mon PéCé? Gimme More de Britney.

A ceux qui l’avait enterré (le monde entier sauf Tristan et moi), je lance un gros Ahahahahahaahahahaha (rire diabolique). Je sens la connasse se réveiller en moi… Un retour de Brit’ vaux bien du Champagne, demain je fête ça.

Sinon mes premières vacances étaient pas mal… je recommence dans six jours… Et mes neveux sont beaux comme des dieux grecs (<autopromo> eux aussi ont hérité de la beauté génétique et irrémédiablement attractive de la famille </autopromo>)

Limhaal

L’histoire sans fin… Un de mes films préférés vient de faire remonter la chaine TMC dans mon estime. Ce film qui a bercé mon enfance, j’en suis toujours autant fan, j’ai même encore pleuré avec la petite Impératrice quand Bastien ne comprend toujours pas que c’est lui le héros de cette histoire…

A ceux qui se demandent qui est Bastien, quel est encore ce film que j’idolâtre, voici un synopsis pompé honteusement sur Wikipedia. Et le clip tiré du film à  la fin chanté par Limhaal (cheveux! cheveux !)

Bastien Balthazar Bux est un jeune garçon d’une douzaine d’années. Un matin, poursuivi par une bande de gamins, il se réfugie dans une librairie. Après une altercation avec le libraire, vieil homme bourru qui n’aime pas les enfants, et à  la faveur d’un moment d’inattention, il vole un livre qui l’attire mystérieusement et s’en va en courant.

Il commence la lecture du livre volé, un roman intitulé L’Histoire sans fin. C’est l’histoire d’un monde fantastique, rempli de tout ce que l’imagination de l’homme peut produire . Immensément grand et merveilleux, ce monde nommé Le Pays fantastique est dirigé du haut de sa tour d’ivoire par une enfant fragile, la Petite Impératrice.

Or cette enfant est atteinte d’un mal étrange, qu’aucun médecin ne parvient à  guérir. Dans le même temps, le Pays fantastique est l’objet d’une grande menace qui semble liée à  cette maladie, grignoté par une catastrophe qui détruit tout sur son passage : le Néant. La Petite Impératrice charge alors un guerrier enfant du nom d’Atreju, chasseur des plaines de la lointaine Mer des Herbes, d’une mission vitale : trouver un remède pour elle et pour le pays.

Après une longue série d’aventure à  travers les vastes contrées du Pays fantastique, Atreju finira par découvrir que ce monde est créé par les rêves et l’imagination des hommes : il est aujourd’hui détruit par le Néant car les hommes ne rêvent plus. Pour guérir et sauver ainsi ce Pays fantastique, l’Impératrice n’a besoin que d’une chose : un nouveau nom, qui doit lui être donné par un enfant de la Terre.

Bastien mettra du temps à  comprendre que ce livre n’est pas comme les autres : effrayé, il se rend compte qu’au fil de la lecture il entre véritablement dans l’histoire et que l’enfant humain dont ils ont besoin, c’est lui. Il mettra du temps à  y croire puis à  s’impliquer, ne pouvant s’imaginer qu’un simple enfant timide comme lui peut avoir assez d’importance pour sauver un vaste monde. Il finira pourtant par le faire et il sauvera l’Impératrice.

Publié le
Catégorisé comme On Air

Paris ne s’en relèvera pas…

Une petite référence à  mon billet précédent… Parole d’une chanson du Sieur Beaupain encore. Je constate avec un réel amusement que grâce à  ce film, ses chansons commencent à  être connues (enfin?). Moi qui les écoute en boucle depuis belle lurette, elles se répandent comme une trainée de poudre à  travers la haute sphère ‘blogèsque’ et ça c’est très bon signe.

Cet avant-gardisme serait-il l’effet du
1- Comme je suis une tapette, je suis toujours en avance sur la mode ( ça c’est pas du tout sur, mais alors pas du tout)
2- Tiens, coucher se révèlerait en fait vraiment utile et non futile? ( titre à  la Miss Bradshaw)

Christophe Honoré

Toutes les chansons d’amour racontent la même histoire : « Il y a trop de gens qui t’aiment »… « Je ne pourrais jamais vivre sans toi »… « Sorry Angel ». Les chansons d’amour raconte aussi cette histoire-là .

Encore de jolies chansons faites par le non moins joli Alex Beaupain 

Nath’, va faire un tour ici –> http://www.christophe-honore.net

Publié le
Catégorisé comme On Air

Le fabuleux destin

RenoirAmélie quitte cet univers oppressant pour aller vivre à  Montmartre, où elle est serveuse. Un soir, celui de la mort de Lady Di, le hasard brise un morceau de carrelage dans la salle de bain. Un trou dans le mur abritait une petite boite à  souvenirs d’un enfant qui avait du vivre ici.
Elle tente de retrouver incognito et mystérieusement le propriétaire de la boite. Il s’appelle Dominique. Il en pleure de joie. Sa vie retrouve soudainement un sens.
Du coup, Amélie a aussi trouvé un but à  sa vie : améliorer la vie des autres par petites touches, de la concierge à  son voisin, l’Homme de verre; de sa collègue Georgette au client, l’écrivain maudit, Hipolito.
Mais un jour elle tombe sur un garçon étrange, tout aussi timide, beau. A la station Abbesses, Nino Quinquampoix (comme la rue près de Beaubourg) ramasse les photomatons sur le quai du métro. La fascination d’Amélie pour Nino perturbe un peu sa vie… Et Nino va évidemment rentrer dans le jeu d’Amélie. Elle se défile. Il lui court après. S’embrasseront-ils?
C’est une histoire d’amour, avec un grand A. L’amour de Paris et ses pavés, d’Amélie et ses coquetteries, des autres et leurs défauts, leurs qualités. C’est une histoire où on apprend à  regarder et aimer son voisin, à  vouloir le bien de tous. Et ça n’a rien de chrétien.

Revu ce soir sur France 3, encore chialé comme une Madeleine Wallace.

« La vie est dure pour les rêveurs »

- Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain - Jean-Pierre Jeunet
Publié le
Catégorisé comme On Air

Surface

Ma série du moment, y’a une odieuse critique ici mais ça fait rien… Comme je suis une connasse rebelle, je ferai fi des critiques (enfin pour le moment)

Surface

Dans la plupart des mers et océans du globe surviennent des événements inexpliqués, apparemment liés à  l’émergence d’une nouvelle forme de vie pour le moins inamicale. Parmi ceux qui ont été les témoins directs de ces faits se trouvent le docteur Laura Daughtery (Lake Bell), une jeune et brillante océanographe californienne dont le submersible a « rencontré » une sorte d’iguane titanesque, Rich Connelly (Jay R. Ferguson), qui a vu son frère disparaître lors d’une plongée sous-marine qu’ils effectuaient ensemble à  proximité d’une plate-forme pétrolière du golfe du Mexique et un jeune adolescent de Caroline du Nord qui a ramené chez ses parents un œuf dont est finalement sorti un animal d’apparence vaguement reptilienne. Mais quelle est la nature réelle de ces êtres amphibies ? S’agit-il de monstres issus du fond des âges, d’entités extraterrestres ou du résultat de manipulations génétiques ? Constituent-ils un atout ou une menace pour la nature et pour l’humanité ? Ceux qui tentent d’y voir plus clair pourraient bien le payer de leur vie…